La montée des populismes en Europe (2/2)

Divergences et points d’achoppements des populismes

Malgré la diversité de ces forces politiques, les droites radicales sont largement plus nombreuses et plus influentes en Europe. Celles-ci bénéficient d’un contexte favorable. En effet, alors que ces forces entretenaient déjà dans les années 1980 une hostilité franche à l’immigration, le 11 septembre a catalysé son rejet sur l’Islam. A cela s’est ajouté la crise récente des migrants, souvent musulmans, et les attentats qui selon leur rhétorique matérialisait sans conteste le danger de l’immigration. En outre, les populismes de droite et de gauche ont convergé sur certains sujets avec des approches différentes. Pour les droites populistes, l’immigration et ses conséquences néfastes étaient imputables à l’espace Schengen et à l’abandon de certaines prérogatives par les états au profit de l’Union européenne. Pour les gauches populistes, les difficultés économiques qui se traduisent par le chômage et l’austérité sont le fait de politiques publiques d’inspiration néo-libérales par la commission européenne. Ces deux sensibilités politiques se rejoignent donc sur certains sujets tels que celui-ci emblématique.

ue-pop.jpg

Un contexte favorable et une stratégie payante

Pour des raisons liées, tant à des stratégies d’acteurs qu’à un contexte, les populismes de droite ont connu une émergence particulière. Tout d’abord, les mouvements populistes ont modifié leur stratégie. Ceux-ci ont décidé de mener une stratégie néo-populiste, selon la formule de Jean-Yves Camus, qui consiste à modifier certains de leurs positionnements passés peu fructueux en apport de voix, en utilisant un argumentaire opposant le « peuple » et les élites. Il s’agit de délégitimer toute parole d’un adversaire car celui-ci ne comprendrait pas le peuple car il en est coupé ou simplement pas issu. En témoigne le front national qui est passé d’un positionnement économique libéral dans les années 1980 à celui de défenseur de l’Etat-providence, de pourfendeur des bénéfices des grandes entreprises françaises et de critique des inégalités sociales. Cela a permis à ces mouvements d’attirer le vote ouvrier, qui est désormais le socle de leur électorat. De manière générale, ces partis sont parvenus à obtenir le vote des perdants de la mondialisation. Ainsi, comme le montre Christophe Guilly dans la France périphérique, si les métropoles urbaines où se concentrent la création de valeur ajoutée rejettent le front national, les zones périurbaines fragiles l’utilisent comme moyen de contestation face à un système dont ils se sentent exclus. Cette analyse se retrouve ailleurs comme pour le référendum du Brexit avec les zones désindustrialisées du nord de l’Angleterre qui ont massivement approuvé la sortie de la Grande-Bretagne ou encore avec l’Autriche dont les votes sont en faveur du FPÖ sont concentrés dans des zones rurales et sont le fait des moins diplômés. Par conséquent, ces partis parviennent à attirer des électorats nouveaux. Par ailleurs, ceux-ci ont compris les attentes contradictoires des électeurs faites d’une demande de sécurité- que l’on peut percevoir comme conservatrice- et d’une exigence de tolérance vis-vis de mœurs plus libérales. Le PVV néerlandais de Geert Wilders l’illustre bien avec ses positionnements à la fois très hostiles à l’islam et à la fois favorables aux minorités homosexuelles. Sur le plan international, les partis populistes se sont adaptés au sentiment anti-américain de plus en plus persistant dans le monde en proposant un rapprochement avec la Russie. Globalement, les populismes, surtout ceux de droite, ont opportunément épousé les évolutions historique.

El Jai Reda

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s