MBS : refonte du système politique saoudien ou entreprise de démolition d’un ordre régional fragile ? (2/3)

Le social au cœur des priorités :

vision-2030

Avec la Vision 2030 MBS compte s’éloigner du pacte social ancestral appliqué par la famille Al Saoud au peuple saoudien. En fait, l’État (dont les comptes se confondent souvent avec les comptes de la famille régnante) dispose des richesses qu’il redistribue à sa guise à la population qui était bien évidement exemptée d’impôts et de charges diverses. D’après ce constat, le régime ne recevant pas de rétribution par imposition n’est donc pas comptable devant sa population. Ce paradigme change peu à peu sous MBS. Lors de la présentation de son nouveau projet, il n’hésite pas à fustiger la pression religieuse existante dans son pays en promettant des changements de fond. Il commence tout d’abord par diminuer les prérogatives de la redoutable police religieuse ou police des mœurs, message fort envoyé au wahhabites rigoristes du royaume. Le jeune prince compte passer d’un état traditionnel ou le poids de la religion est prédominant à un état en voie de modernisation notamment par la création de centres « écotouristitiques » non soumis aux lois restrictives saoudiennes afin de booster le tourisme et d’attirer les investisseurs étrangers. Une autre question se pose : quid des obstacles à l’investissement dans le royaume ? Les investisseurs étrangers seront-ils toujours obligés d’avoir un garant local pour pouvoir investir ? La justice protègera-t-elle les investisseurs étrangers face aux arnaques qu’ils subissent de la part de leurs partenaires locaux ? Il reste beaucoup de points à éclaircir. Ce changement insufflé par le jeune prince a commencé par une avancée des droits des femmes, il a milité pour leur accorder le droit d’avoir le permis de conduire, mesure saluée par la communauté internationale à l’unisson. L’euphorie est grande mais on semble vite oublier les leçons du passé. Des rois réformateurs en Arabie saoudite, il y en a eu un, dont le destin a été tragique. Certes le contexte international a changé, mais les mentalités des citoyens saoudiens sont restées figées. Le Roi Fayçal, fils du fondateur de la dynastie, avait une vision assez progressiste pour l’époque. Il a milité pour la création d’un organe de radio et de télévision nationale, projet auquel les wahhabites rigoristes étaient farouchement opposés. Après de longues tractations et de nombreuses manifestations le Roi a fini par avoir gain de cause. A noter qu’au sein de sa famille même, il y a eu de nombreuses défections le neveu du Roi a même été tué lors d’une manifestation contre le projet du roi Fayçal. C’est d’ailleurs un membre même de la famille royale qui quelques jours plus tard, va assassiner le Roi le jour de l’Aid. Est-ce pour cela que MBS se méfie tellement de son entourage familial ? Qu’en est-il de l’alliance ancestrale entre le coran (clan wahhabite) et le sabre (des Saoud) ?

Une purge au sein du clan Al Saoud

saoudievideoritzbbc.jpg
L’une des rares images des princes détenues au Ritz-Carlton

La nuit 4 novembre 2017, sous ordre du prince héritier, des dizaines de hauts responsables saoudiens et des membres de la famille régnante sont arrêtés. Le procédé est moins diplomatique que celui utilisé pour l’éviction de l’ex prince héritier MBN. Certains vont même jusqu’à qualifier cette vague d’arrestations de « nuit des longs couteaux ». Cette nuit va provoquer un séisme politique dans le royaume, le prince dévoile ses cartes : l’opposition sera se muette ou ne sera pas ! Voilà le mot d’ordre. Les principales victimes de la purge menée par MBS sont tout d’abord le richissime homme d’affaire et petit-fils du fondateur de la dynastie le prince Al Walid Ben Talal à la tête d’une holding pesant quelques 19 milliards de dollars. Son arrestation dans le cadre de « la lutte contre la corruption » est en réalité une arrestation politique répondant à deux logiques. La première est l’opposition de son père le prince Talal à la nomination de MBS comme prince héritier du Royaume, la seconde est que le Royaume a besoin de ses richesses. D’ailleurs il est libéré en janvier 2018 après avoir payé une caution conséquente. La seconde victime de taille est le prince Metâab fils du défunt Roi Abdallah. Il est considéré comme prétendant au trône. Il est également commandant de la puissante garde nationale. Ce prince discret et expérimenté pouvait en quelque sorte menacer l’hégémonie du prince hériter étant donné qu’il a la garde nationale sous son autorité. La liste est longue et les raisons réelles des arrestations se ressemblent. Cette méfiance du clan Salmane envers sa famille est fondée, car le Roi Salmane a changé toutes les coutumes du pouvoir et de prise de décision adoptées par ses prédécesseurs. En effet, le souverain a supprimé les pratiques de prises de décisions collégiales au sein du conseil de famille ou du conseil de gouvernement où tous les membres avaient leurs mots à dire dans le passé. Aujourd’hui en réalité, seules deux personnes interviennent pour donner les orientations stratégiques au pays : le souverain et son prince héritier de fils MBS. Même phénomène lors de la nomination du prince hériter, avant MBS la nomination se faisait au sein du conseil de famille et le choix se portait sur l’un des nombreux fils du roi fondateur. Il était choisi grâce à son expérience et devait faire consensus au sein du clan Al Saoud. La nomination de MBS en tant que prince héritier s’est déroulée de manière tout à fait particulière, par décret royal, sans prévenir personne. Est-ce le tournant ou la dislocation de la cohésion du clan Al Saoud ?

A suivre…

Reda El Jai

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s